Rapides réversibles

L’unique phénomène des rapides réversibles est engendré par le choc entre les imposantes marées de la baie de Fundy et le puissant fleuve Saint-Jean. 

À marée basse, les eaux du fleuve Saint-Jean, grand cours d’eau qui sillonne la province du Nouveau-Brunswick sur 724 km, se déversent dans la baie de Fundy en passant par une étroite gorge rocheuse. Près du parc Fallsview, 11 mètres plus bas, un plateau sous-marin donne naissance à une série de rapides et de tourbillons; à cet endroit, le niveau de la marée se trouve 4,4 m plus bas que celui du fleuve. Lorsque la marée commence à monter, le cours des eaux fluviales réduit puis s’interrompt durant 20 minutes, une période calme appelée « l’étale de la marée » pendant laquelle les bateaux peuvent naviguer sur les rapides. Lorsque les eaux de la marée deviennent plus hautes que celles du fleuve, le fleuve commence à couler à contre-courant et les rapides se forment dans l’autre sens jusqu’à ce que la marée haute atteigne son maximum. Les marées montent jusqu’à 4,4 m au-dessus du niveau du fleuve. Lorsque la marée commence tranquillement à redescendre, le fleuve continue de couler à contre-courant jusqu’à ce que ses eaux parviennent à la même hauteur (étale de la marée haute). Le cycle complet marée basse – marée haute (8,5 m) s’étend sur douze heures et demie. 

Il est recommandé de faire deux observations des rapides, l’une à marée basse et l’autre à marée haute, et à partir de deux points d’observation différents : le parc Fallsview et le belvédère d’observation du restaurant des chutes. Les visiteurs peuvent profiter d’installations sur place, dont un parcours de tyroliennes et des croisières en bateau dans le havre.

Social